David Lacroix 11 études pour la beauté des gestes: l’intégrale!

Cet article réunit et met en ordre les textes et videos publiés séparément sur ce blog en Novembre 2011 pour mes “11 études pour la beauté des gestes”. En “bonus”, vous pouvez écouter l’intégrale audio (de meilleure qualité que le son des videos). Pour voir l’intégrale vidéo en un clic, c’est ici.

Ce recueil a été publié en Mars 2010 aux Editions Billaudot dans l’excellente collection pédagogique de mon ami et collègue Jean Horreaux. Ce recueil n’est pas vendu trop cher, à 9,40€ dans tous les bons magasins de musique ou sur le net.

Voici l’article de la revue “Guitare Classique” qui y a été consacré en Mai 2010.

11 études pour la beauté des gestes
David Lacroix

(Billaudot)
Un titre qui, de prime abord anodin, résume fort bien le contenu de ce nouveau recueil. Les onze (relativement) courtes études qui le composent sont autant d’appels à écouter les résonances propres à la guitare tout en perfectionnant sa technique instrumentale. L’écriture précise et sophistiquée de David Lacroix permet, par l’évolution de motifs aux diverses sonorités contemporaines, de travailler efficacement différents aspects techniques. Percussions, arpèges à campanellas, difficultés rythmiques de main droite (6 contre 4, 3 contre 2, 7 contre 2) tenues de main gauche et d’autres encore sont au menu. Des études de difficulté moyenne, remarquablement bien écrites, qui allient un travail efficace du geste à l’exploration de nouvelles sensations musicales.
François Nicolas

Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.
D.Lacroix

étude n°1

Cette étude est la plus simple du recueil. Elle se joue en I° position, en buté ou en pincé, au choix pour toute l’étude. La portée musicale montre l’ “échelle” employée : mi-ré-do-si-la-sol-fa. Cette échelle de 7 notes va être constamment modifiée, exactement comme si vous aviez une échelle de peintre dont vous changeriez peu à peu l’espace entre les barreaux. Après une brève introduction, une basse intervient sur la 1° note, puis plus tard une autre s’ajoutera entre la 4° et la 5° note, ce qui créera un balancement rythmique de 7 notes contre 2, sans que cela pose de difficulté particulière. Au final, on aura fait une promenade assez complète dans les cases de la I° position sur les 2°, 3° et 4° cordes, et on aura appris à ne plus redouter les dièzes et les bémols, avec je l’espère un réel plaisir d’oreille et de gestes.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°2

Cette pièce a un “feeling” inspiré de certaines danses hongroises, très marquées rythmiquement. Cela se fait ici par le choix de “petites notes” très accentuées, placées alternativement sur le premier puis sur le troisième temps des 3/4. Egalement, au cours du morceau la vitesse des basses est doublée, créant un balancement de 3 temps contre 2, très utilisé dans toutes sortes de musiques populaires. Il y a par ailleurs un jeu “modal” de permutation des intervalles où celui de seconde augmentée donne une couleur tzigane à la mélodie. Les phrases conclusives utilisent une accentuation par 3 en “augmentation” de la noire à la noire pointée puis à la blanche, renforçant le caractère dansé du morceau.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°3

Une pièce calme, presque recueillie. Emotionnellement, elle me renvoie à certains préludes de Manuel Maria Ponce, par exemple à l’ambiance particulière de ceux en Fa# mineur et en Fa mineur (n° 8 & 18 de l’édition Tecla, la plus proche à ce jour des manuscrits originaux. Je vous propose ici les enregistrements que j’en ai faits: MM-PoncePrelude8 et MM-PoncePrelude18). Pour ma part, dans un climat comparable, j’utilise des intervalles réputés dissonants, (septième majeure, neuvième mineure, etc. …) qui me permettent de suspendre le discours, chaque phrase se terminant cependant par une résolution tonale. Outre ce traitement des intervalles, la voix centrale est affirmée peu à peu comme voix principale, qu’il faut à ce titre jouer en relief dans les passages à trois voix.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°4

Chaque guitariste pratique des exercices chromatiques pour la main gauche. Ici je propose un trajet plus musical à ce type de travail en lui donnant une forme phrasée stimulante et dynamique, et en l’associant au jeu rythmique du pouce de la main droite, qui joue 4 basses rebondissant contre les 6 notes de chaque mesure. L’ensemble évolue en un crescendo très progressif aboutissant à une cadence bien affirmée.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°5

Cette pièce est à écouter en se souvenant de “The snow is dancing” du Claude Debussy des Children’s Corner.
A un ostinato léger (4 noires sur le tétracorde si-do-ré-mi) se superpose un phrasé de basse d’une durée différente (6 noires puis plus tard 8 noires) décalé d’une croche. Il en résulte que les mouvements mélodiques marchent tantôt en mouvement parallèlle, tantôt en mouvement contraire. Pour la main gauche, cela exerce une décontraction nécessaire pour conduire ces mouvements qui n’ont rien de mécanique. Leur maîtrise est dépendante de la compréhension musicale des phrasés de la basse tout en gardant un jeu lié pour l’ostinato

Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°6

Une pièce d’un caractère un peu planant qui peut faire penser à Eric Satie, où la qualité du son est primordiale. Exécuter de jolis “coulés”, contrôler les résonances, être précis dans le jeu en harmoniques, tout en conservant un flux détendu pour bien faire comprendre les différentes périodes du morceau, tel est l’enjeu de cette étude
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°7

Ici, on a une utilisation particulière de l’arpège p-i-m-a-m-i. Il s’agit de ce qu’on appelle “campanellas”, autrement dit un “bariolage” créé entre les résonances à vide et celles des notes frettées (par exemple mi sur la 3° corde puis le même à vide dans la même figure, ou encore do# 4° corde contre si à vide). De plus, il y a ici un jeu rythmique sur les notes à jouer en relief (accentuées et possiblement butées) qui ne tombent pas toujours sur le même doigt de main droite, d’où il résulte une mélodie un peu instable aux appuis changeants, ce qui contribue au charme de ce mode de jeu. On peut ici penser à ce que font les joueurs de kora en Afrique de l’Ouest ou aux harpistes occidentaux dans certaines musiques impressionnistes.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°8

L’introduction calme puis le jeu plus rapide en arpèges sont tous deux basés sur des harmonies en quartes “importées” du jazz du début des seventies. Il y a aussi deux séquences jouées en “golpe” (coups sur la table) et en “tapping” (main gauche seule) qui ramènent respectivement au jeu en arpèges puis au retour de l’ambiance du début. Cette pièce est un petit hommage au jeu du pianiste Dave Burrell, qui a beaucoup joué dans l’orchestre d’Archie Shepp (cf le disque Kwanza) et que j’aime encore écouter aujourd’hui.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°9

Le “mètre” est ici de 7 unités divisées en 3 + 4 double-croches; cette articulation est conservée durant tout le morceau, tantôt rythmiquement dans les rasgueados avec une nuance forte, tantôt mélodiquement beaucoup plus en retrait. L’allusion au flamenco, tangible sur le plan gestuel, est assez lointaine sur le plan formel, car aucun flamenquiste n’emploierait cette période rythmique très dissemblable des “compas” utilisés en flamenco. Ici donc, on a plus affaire au “folklore imaginaire” du compositeur qu’au résultat d’une influence directe.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°10

Les compositeurs aiment toutes sortes de sons. Ici on a un mélange de plusieurs d’entre eux : des notes doucement butées, de petits arpèges à “campanellas”, des harmoniques, et aussi des sons très aigus, “tirés à gauche” exécutés comme des legato inversés réalisés du côté court de la corde, donc à gauche de la note frettée par la main gauche. A ma connaissance, c’est la première fois que ces “sons résultants” sont utilisés dans une visée harmonique précise, pour la pertinence de leurs hauteurs autant que pour le charme de leur timbre discret. C’est aussi une petite révérence à la musique de Toru Takemitsu , qui a su allier les cultures traditionnelles et contemporaines, d’orient et d’occident.
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.

étude n°11

Enfin, une valse, d’abord lente et lointaine, puis plus proche et plus rapide … Un brin de nostalgie bien sûr, mais sans renoncer à ce que nous a apporté le 20° siècle: le goût de sonorités raffinées, d’harmonies qui laissent vivre les dissonances, de rythmes décalés. La guitare s’avère aussi capable que d’autres instruments d’aller avec son temps!
Nota Bene: Le recueil des “11 études pour la beauté des gestes” est édité et mis en vente par les Editions Billaudot. Les exemples musicaux des articles correspondants montrent seulement les matériaux de base de chaque étude concernée.