Feuilles mortes – György Kurtag 2004


Encore une pièce pour piano écrite pour les enfants, en 2004, soit 80 ans après le “Kinderstück” de Webern. Du compositeur György Kurtag, Ligeti disait: “il est notre Webern hongrois”. La pièce utilise 11 notes différentes apparaissant peu à peu dans de petits motifs séparés par des silences libres, encore plus “parlants” que chez Webern: chaque motif est issu du silence et y retourne à peine énoncé. Les dynamiques, comme dans le “Kinderstück” de Webern, oscillent entre pianissimo et mezzo-piano. Autre point commun, certains motifs sont élargis sur un grand ambitus; par exemple, la séquence sol-la-si-do# (3 secondes majeures ascendantes couvrant un triton) est renversée en 3 septièmes mineures descendantes et couvre alors un intervalle de dix-neuvième diminuée. De Webern, Kurtag retient l’atonalité radicale et la poétique sonore, empreintes d’une grande économie de moyens, tout en dépassant clairement les règles dodécaphoniques. Ma transcription respecte totalement les intervalles et l’ambitus de l’original; la pièce est simplement transposée un ton plus haut. Ici aussi, quelques notes sont “timbrées” (harmoniques, sons étouffés) pour mettre en relief certains passages.

Nota Bene: Les “Feuilles mortes” de G. Kurtag sontt éditées et mises en vente par Universal Edition, Vienne. L’exemple musical en-tête de cet article en montre seulement un matériau de base.